toto

Les 5 phrases qui énervent un jeune papa fier de l’être

6 octobre 2015

jeune papa

Jeune papa, c’est un rôle à part entière. Il n’y a pas à tortiller sur ce postulat puisque c’est un postulat. Mais quelques fois, la maléfique bienveillance de l’entourage donne l’impression au jeune papa d’être dirigé comme un acteur de série B qui aurait signé un contrat frauduleux.

Par exemple, moi, en tant que jeune papa, j’avais imaginé un bébé réglé comme une horloge - normal c’est le mien – et une femme épanouie préparant sa thèse entre deux biberons et s’entraînant deux fois par semaine pour le prochain trek dans les Dolomites – gonflage de torse de fierté, c’est ma Nana. Le tout dans une atmosphère teintée de compréhension et de complicité.

Je considérais également que la (belle) famille serait aux petits soins lorsque nous, parents, le déciderions. « La (belle) famille, meuh non ils sont adorables !  » que je me voyais répondre à tous les inquisiteurs, tentant de me soutirer des infos croustillantes et peu amènes. Non, on est jamais trop idyllique dans sa conception de la paternité, et je suis certain que cette utopie existe, et que je n’étais pas loin d’en avoir les clés.

Seulement, c’était sans compter sur les remarques pourries, les blagues moisies comme les couches de mon nouveau né, les conseils croupis que j’ai du gérer en tant que jeune papa. Ça, c’est l’entorse au contrat, c’est le loup caché dans la bergerie ! Et là, l’entourage et vous, tous autant que vous êtes, vous y avez mis tout votre coeur et votre motivation. Des champions du monde que vous avez été ! Et vous savez quoi, même ma plus fidèle alliée, ma femme a rejoint les lignes adverses.

Alors toi, jeune papa qui me lit, sache que même le monde des bisounours est peuplé de créatures qui te ressemblent certes, mais qui se sont donné pour mission de pourrir tes premiers jours, mois, années de papa tout neuf et fier de l’être. Soit conscient qu’il va te falloir redoubler de vigilance pour éviter le piège de la culpabilisation, du retour de flamme cinglant – surtout avec Belle Maman – ou de l’upercut dans la mâchoire de ton meilleur pote, tu sais, celui à qui tu avais juré fidélité absolue il y a 20 ans.

Voilà, dans quelques instants, jeune papa, tu rejoindras le club de « ceux qui savaient, et pourtant … »

I – BON C’EST QUAND MÊME PLUS FACILE POUR LE JEUNE PAPA

jeune papa grossesse

Via magicmaman.com

Certes… alors désolé, je ne peux pas tomber enceinte et encore moins accoucher. Et j’avoue ma faute : j’ai laissé sans amertume à ma femme le boulot de la gestation et de l’enfantement pour me contenter de débuter ma paternité par ma condition de jeune papa. Le goujat !

Mais vous croyez quoi au juste ? Que pendant 9 mois je me suis tapé sur le ventre avec mes potes en buvant de la bière devant les matchs de la coupe du monde de foot ? Et bien les clichés ont la belle vie !

Alors sachez qu’avant d’être jeune papa, je fus jeune futur papa. Et que c’est un sport extrême qui a débuté dès le moment où j’ai fébrilement aperçu les deux traits roses apparaître sur le truc qui ressemble à une spatule de ski miniature, le bien nommé Test de grossesse – pour ceux qui n’auraient pas compris et qui chercheraient encore le truc dans un magasin de glisse.

Donc juste pour remettre les choses à leur place :

- les trois premiers mois, j’ai tenu les cheveux de ma femme aussi souvent que j’étais présent, me disant que la lune de miel était définitivement derrière nous. Et comme j’étais au travail la journée, vous imaginez maintenant dans quelle pièce de la maison je passais le plus clair de mon temps en soirée voire même la nuit.

- je me suis levé -souvent- la nuit, au choix, à deux, trois ou quatre heures du mat’ pour satisfaire des envies subites de fenouil, Turon, Corn flakes ou encore gencives de porc alors que ces denrées ne font pas partie de notre gastronomie familiale. Ah, ça vous en bouche un coin ça !

- j’ai couru les magasins de puériculture à peu près tous les samedis après-midi pendant 6 mois pour satisfaire une frénésie de layette, linge de lit assorti, lingerie de maternité, meubles pour bébé, décoration de chambre de bébé … non pas ma frénésie, celle de ma femme of course !

- j’ai supporté des ronflements de cachalot – oups pardon je ne voulais pas dire ça – pendant le dernier trimestre et c’était même pas de l’apnée du sommeil, donc pas éradicable.

- j’ai du surveiller TOUS mes mots. Rappelez vous des petits trucs à ne pas dire à sa femme enceinte

- j’ai du revoir mon humour au niveau de la mer pour le sublimer et l’emmener dans les hautes sphères

- j’ai du passer du rire aux larmes par solidarité avec les humeurs versatiles de ma moitié…juste épuisant !

- lors de l’accouchement, j’ai été griffé, mordu, et Elle m’a arraché des touffes de cheveux…et j’ai supporté cela sans presque rien dire.

Alors que celui qui me dit que je me suis tourné les pouces pendant 9 mois se lève et je lui fais avaler une couche de rase moquette – sale de préférence ! Non mais !

II – TU N’ES PAS SA MÈRE, TU NE PEUX PAS SAVOIR …

jeune papa que faire

Via drolesdemums.com

… et pendant que vous y êtes, ajoutez aussi « Mais c’est pas de ta faute, t’es un homme, c’est comme ça !  »

Dites-donc, vous êtes candidat à la piscine infestée de requins blancs vous ? Bon, qu’on soit bien clair, en tant que jeune papa, JE sais différencier un cri de rase moquette qui a faim, d’un cri de rase moquette qui veut être changé. Et oui ! Et vous savez comment je fais ? Je sniffe son petit derrière et alors, JE sais. A ce moment là, j’avise : ruée vers le chauffe biberon ou la table à langer.

Autre chose : vous venez d’enlever mon précieux de mes bras sous prétexte que je ne sais pas le porter parce que je suis jeune papa et qu’en l’absence de la maman, vous allez m’apprendre la vie. Sachez que si le précieux en question se met à hurler lorsqu’il se retrouve coincé contre vous, c’est qu’il était mieux sur moi et que par conséquent, je le porte mieux que vous. Quoi ? Si je vise quelqu’un en particulier ? Boarf…moui, peut-être en fin de compte.

III – LES AFFAIRES DE BÉBÉ ? NICKEL DANS TA VOITURE DE JEUNE PAPA

papa bébé

Via drolesdemums.com

Avant d’être jeune papa, j’étais déjà un maniaque de la logistique du coffre de voiture. Chaque centimètre carré devant être exploité, je prenais soin de ranger les valises selon leur taille, leur volume, leur couleur (quoi heu ?) de manière à ce que l’harmonie Feng Shui règne dans l’habitacle.

En tant que jeune papa et fier de l’être, j’ai imaginé, inconscient que j’étais, pouvoir reproduire mon schéma avec dextérité lors de notre premier voyage avec bébé, et ohhhh, surprise, mes plans furent mis à rude épreuve. Allez caser un lit parapluie, une baignoire pour bébé en plastoc rigide, le chauffe biberons, le stérilisateur, le paquet de couches, le sac à langer, les 200 pyjamas et bodies, les accessoires type biberons et nécessaire de toilette dans le coffre de votre coupé -gonflage de torse, fierté, c’est ma caisse- en plus de tout le reste !

Alors voilà, aujourd’hui je roule en monospace et j’ai les boules ! Et le coffre est toujours aussi plein ! Et je déteste tous ceux qui ont osé un jour me dire que je pourrais la garder ma voiture de Mec !

IV – MOI, SI J’ÉTAIS TOI ….BLA BLA BLA

papa change couche

Via family-deal.com

Oh que je les aime les personnes qui commencent leur phrase par ces quelques doux mots … si irritants à mon oreille de jeune papa. Allez, ça vous dit un petit florilège des meilleurs détonateurs pour la petite nature que je suis ?

- « Moi, si j’étais toi, je lui enfilerais son petit gilet…il a froid, tu ne vois pas ? » Nan, il est bouillant, il tremble parce qu’il a de la fièvre donc je ne le couvre pas.

- « Moi, si j’étais toi, je le laisserais pleurer, sinon, il va s’habituer à être dans tes bras ». Et ben tant mieux, j’adore ça et j’aime pas quand il pleure.

- « Moi, si j’étais toi, j’utiliserais le micro-onde. » Et ben va te faire cuire ton oeuf chez micro ondes, chez nous, y a pas ça !

- « Moi si j’étais toi, je ne ferais pas la sieste à côté de lui, tu n’as pas peur de l’écraser ? » Ben si c’était toi à côté j’aurais peur mais là, comment dire…non, je suis serein.

- « Moi si j’étais toi, j’appellerais sa mère. » Et là …..FEU A VOLONTÉ !

V – C’EST MOI SA MÈRE !

papa et son bébé

Via magicmaman.com

Ma douce et tendre moitié, comment as-tu pu me faire ça ! A moi ! Alors que je pensais que nous étions seuls contre tous, il a fallu que tu me les décoches ces petites piques, si hérissantes, pour le jeune papa que je suis :

- « Mais ce ne sont pas des tétines morphologiques ! Comment as-tu pu oublier les tétines morphologiques, je te faisais confiance ! » Entendu en rentrant un vendredi soir de l’hyper marché que je déteste le plus au monde, avec l’équivalent de trois charriots dans la voiture.

- « Et bien vas-y, sors faire la fête avec tes potes. De toutes façons, je ne comptais pas sur toi pour t’occuper de rase moquette ce soir…enfin comme d’habitude quoi ! » Ou comment me couper l’envie d’aller prendre un verre devant un match et rentrer avant minuit. Gagné ma moitié !

- « Tiens, donne lui le biberon, ça changera un peu ! » Mesquine celle-ci…

- « Ma mère m’avait bien dit que tu n’assurerais pas ! » OK, je prends le premier vol pour une île déserte…

Bon, 5 ans après je suis toujours là et en vie...ma femme, ma Belle mère et mes potes aussi. Mais lorsque je me remémore mes débuts de papa tout neuf, c’est comme si j’y étais encore.

Alors toi, jeune papa, sache encore une fois que tu n’y couperas pas, et que, blindé ou pas, averti ou pas, tu en entendras des vertes, des pas mûres et des toutes pourries moisies. Tellement que tu te demanderas même si un sorcier n’est pas en train de jouer avec ta poupée vaudou.

Et bien non, c’est juste comme cela depuis la nuit des temps : les autres te donnent des conseils, ta femme te saoule, tes potes te charrient et la (belle) famille est envahissante et toi, le jeune papa, tu morfles…et ça n’est pas près de changer ! Alors bienvenue au club de « Ceux qui savaient, et pourtant … »

Rédigé par Matthieu

Crédits photo de une : sites.google.com


Post a new comment